Table ronde pour les rythmes scolaire à Besançon

Dans un souci de permettre à chacun.e de se décider, la municipalité de Besançon, a mis en place, lundi 27 novembre, une conférence-débat sur la question des rythmes scolaires.


Une salle bien remplie, une soirée organisée aux petits oignons et une succession d’interventions, les ingrédients étaient réunis pour que cet événement soit réussi.
Après un petit mot (vidéo) de Jean-Louis Fousseret, l’animateur a présenté le déroulement. Deux experts (Bruno Suchaut et Romuald Adala ) ont livré leur opinion puis François Testud (vidéo) a déroulé son leitmotiv pour un découpage de la semaine plus propice au respect des rythmes de l’enfant.

Maintenir une semaine d’école à quatre jours et demi…

L’éducation des enfants est l’affaire de toutes et de tous !!!
Le retour à la semaine de 4,5 jours a eu des impacts positifs sur l’éducation des enfants de notre pays. Pour autant, nous avons conscience que la réforme a été mise en œuvre de façon différente, et que par endroit elle n’a pas encore eu les effets attendus.
Depuis la rentrée scolaire 2017, un certain nombre de communes ont proposé une organisation scolaire sur une semaine de 4 jours sans réelles évaluations de la réforme précédente.
Il est vrai, et nous l’avons déjà dit, que certains reproches qui sont attribués à cette réforme sont réels – la possibilité de libérer un vendredi après-midi sans raisons valables, l’écart entre les collectivités, certaines activités n’étant pas de qualité, à certains endroits une sur-sollicitation, ailleurs de l’activisme…- cependant, il nous semble qu’elle a amené plus d’éléments positifs que de négatifs.
C’est pourquoi nous soutenons les collectivités souhaitant maintenir une semaine d’école à 4,5 jours !

Campagne électorale 2017 présidentielle et législatives

Mouvement d’éducation nouvelle, les Ceméa affichent leurs ambitions et propositions Militant.e.s associatifs, acteur.trice.s au quotidien, citoyen.ne.s engagé.e.s, les militant.e.s des Ceméa savent que l’histoire, les pratiques d’hier et les actions d’aujourd’hui placent les Ceméa au bon endroit pour soutenir les valeurs de l’Éducation nouvelle, mobilisant ainsi une approche politique de l’éducation.

Les Ceméa considèrent l’Éducation nouvelle comme une conception novatrice de l’éducation et affirment la nécessaire transformation sociale de l’environnement politique et sociétal. Résistant face à la montée de puissantes idéologies fondées sur l’exclusion, la ségrégation, le racisme, les Ceméa affirment de nouveau leur combat pour les valeurs de la laïcité, de la démocratie, de la fraternité, de la solidarité et des droits humains.

Au-delà des frontières, les Ceméa soutiennent l’émergence d’un monde et d’une Europe solidaires. Ils s’engagent pour construire, par l’éducation, une Europe sociale et politique, une Europe des peuples et s’impliquent dans l’organisation d’une société civile européenne visible et audible. Les postulats de la confiance, de la considération de l’autre deviennent alors éminemment politiques lorsqu’ils constituent le socle même de toute action éducative.

Le manifeste des Ceméa pour afficher nos ambitions militantes

Logo-ManifesteMilitants associatifs, acteurs au quotidien, citoyens engagés, les militant.e.s des Ceméa savent que l’histoire, les pratiques d’hier et les actions d’aujourd’hui placent les Ceméa au bon endroit pour soutenir les valeurs de l’Éducation nouvelle, mobilisant ainsi une approche politique de l’éducation.

Les Ceméa considèrent l’Éducation nouvelle comme une conception novatrice de l’éducation et affirment la nécessaire transformation sociale de l’environnement politique et sociétal. Résistants face à la montée de puissantes idéologies fondées sur l’exclusion, la ségrégation, le racisme, les Ceméa affirment de nouveau leur combat pour les valeurs de la laïcité, de la démocratie, de la fraternité, de la solidarité et des droits humains. Au-delà des frontières, les Ceméa soutiennent l’émergence d’un monde et d’une Europe solidaires. Ils s’engagent pour construire, par l’éducation, une Europe sociale et politique, une Europe des peuples, et s’impliquent dans l’organisation d’une société civile européenne visible et audible. Les postulats de la confiance, de la considération de l’autre deviennent alors éminemment politiques lorsqu’ils constituent le socle même de toute action éducative.

Le volontariat, un espace indispensable pour faire vivre des parcours civiques et citoyens

Pour les CEMEA et la Fédération Générale des PEP, il est urgent que les responsables politiques et institutionnels impulsent, portent et accompagnent le volontariat, afin qu’il soit totalement reconnu dans la société comme une forme d’activité humaine d’utilité sociale. Le volontariat est dans le contexte actuel un espace de vie et d’engagement indispensable pour faire vivre des parcours civiques et citoyens tout au long de la vie.

Le volontariat traduit un mode d’activité non marchand qui contribue au sens de l’action dans laquelle il est mis en oeuvre. C’est un élément sociétal central et un des leviers à la disposition de chacun pour agir avec d’autres, afin de transformer son environnement. En ce sens notre conception du volontariat est politique.

En complément des dispositifs existants et à renforcer, le volontariat doit pouvoir trouver sa place dans le champ des Accueils Collectifs de Mineurs (centre de loisirs, colonies de vacances) porté par des organismes associatifs non lucratifs. Ces espaces d’éducation non formels complémentaires des autres espaces éducatifs dont l’école, relèvent bien d’une mission d’intérêt général. Ce sont des lieux d’apprentissage et de découverte pour les animateurs volontaires, individus acteurs de leur parcours et de leur engagement.

Les CEMEA et la Fédération Générale des PEP, fédérations d’éducation populaire membres de la plateforme du volontariat d’animation s’engagent pour porter ce débat de société auprès des élus, de la société civile, des syndicats, des associations, des organisations de jeunesse.

Ci-joint la plaquette de la Fédération Générale des PEP et des CEMEA : « Le volontariat, une orientation politique forte en faveur de la transformation sociale »